Vous ne connaissez pas le Trek Elles Marchent ? Dans cette article, découvrez l'interview de Corinne Perron, fondatrice de cet événement unique !

Interview de Corinne Péron : à la découverte du Trek Elles Marchent

Voilà plusieurs années maintenant que je suis les aventures des participantes du Trek Elles Marchent, via Facebook. Pour moi qui suis une grande rêveuse mais aussi une féministe (ça va peut-être de pair d’ailleurs), suivre leur voyage était vraiment captivant.

Au moment de choisir qui interviewer pour mon blog, c’est donc tout naturellement que j’ai pensé à les contacter. J’ai ainsi pu entrer en contact avec Corinne Péron, Présidente de l’association « Le Défi du Cœur » et Fondatrice du Trek Elles Marchent. Et celle-ci a très gentiment répondu à ma demande !

Mais, comme d’habitude, avant de rentrer dans le vif du sujet, petit retour sur mon point de vue…

Le Trek Elles Marchent : un concept 100% positif

Qu’est-ce qui me plait tant dans le Trek Elles Marchent ? Parce que non, mon désir de voyager n’est bien entendu pas la seule raison !

# Le Trek Elles Marchent met en avant les capacités des femmes

Je me suis toujours révoltée contre les stéréotypes de genre. Et contre un, en particulier : l’idée que la femme doit rester « à sa place ». Vous savez ? La cuisine, le ménage, les enfants… Pour moi qui prône l’art d’être autonome, c’est tout bonnement inacceptable. Et si les mentalités évoluent peu à peu, l’idée de fond, elle, a la vie dure. Parce que la femme est censée être plus fragile, moins forte qu’un homme.

Alors OK. Quand je m’entraîne avec mon compagnon, il est clair que niveau force brute je ne fais pas le poids. Mais la force d’une personne ne se mesure pas uniquement à sa capacité de tenir un bras de fer (sans compter que, si ce n’est pas mon cas, je suis persuadée que certaines femmes doivent en être capables – comme Brienne de Game of thrones). Et je pense que c’est là où le bas blesse… J’imagine tout à fait l’homme et la femme de Cromagnon. En mode l’homme ordonne quelque chose à sa femme, elle essaie d’argumenter, il lui colle un bon coup de gourdin et paf, en avant pour la société patriarcale !

Mais voilà que le Trek Elles Marchent arrive et bouscule les mentalités en montrant que les femmes peuvent être fortes. Elles peuvent partir en plein désert, sans carte ni GPS (on en parle du préjugé sur l’orientation?), sur un parcours de 30 km par jour. Et par dessus le marché, elles viennent en aide aux locaux !

Alors oui, les femmes ont bien des capacités. Et ce n’est pas le seul point positif…

# Des valeurs fondatrices

Le Trek Elles Marchent est porteur de nombreuses valeurs. De belles valeurs, telles que Corinne Péron nous a partagées dans son interview.

Des valeurs de solidarité. Entre les femmes qui participent, mais aussi vis-à-vis des personnes qu’elles rencontrent. De tolérance également, vis-à-vis des différences culturelles. Parce que nous n’avons pas tou(te)s le même mode de vie. Nous n’avons pas tou(te)s la même couleur de peau, ni la même religion. Mais qu’il n’y a pas lieu de se juger en fonction de ça.

Nous sommes tou(te)s semblables, le même sang coule dans nos veines. Et c’est ce lien inaliénable qui unit toutes les participantes du Trek Elles Marchent.

L’interview de Corinne Péron : Fondatrice du Trek Elles Marchent

Découvrez à présent l’interview exclusive de Corinne Péron, fondatrice du Trek Elles marchent.


Blame it on Eve (BIO-EVE) : Le Trek Elles Marchent est décrit comme un trek d’orientation solidaire et 100% féminin… Nous pouvons suivre les participantes via votre page facebook, mais pouvez-vous nous en dire plus sur ce concept ?

Corinne Péron : Effectivement de nombreux posts et stories sont relayés sur notre Facebook et Instagram pendant l’évènement, mais le plus captivant est de voir les équipes en live évoluer sur le terrain grâce à leur balise GPS. Chaque famille ou partenaire peut suivre son équipe favorite, voir son tracé et savoir où elles sont sur l’étape.

Une course en 4 étapes d’environ 25/30 km chacune. 3 bornes dispersées dans le désert sont à découvrir sur chaque étape, ainsi que le bivouac du soir, en s’aidant simplement d’une carte et d’une boussole. GPS INTERDIT. Une chasse au trésor au sein d’un véritable défi sportif. Au passage de chaque borne, chaque équipe doit répondre à une question culturelle, un QCM ou relever un défi particulier. Chaque bonne réponse permettra à l’équipe de marquer des points supplémentaires. L’équipe gagnante sera celle qui aura obtenu le maximum de points.

Bio-EVE : Quel est le profil des femmes qui participent ? Qu’est-ce qui les pousse à entreprendre un tel voyage ?

Corinne Péron : Les participantes ont en moyenne entre 40 et 60 ans. Sachant que la plus jeune, cette année, avait 20 ans et la plus âgée 74 ans. Ce trek est à la portée de toutes les femmes. Déjà financièrement, le budget est à la portée de toutes, puis physiquement avec un bon entrainement et un bon mental elles arrivent toutes au bout. Il ne s’agit pas d’une course mais d’une marche et tout le monde est capable de marcher, il suffit d’être endurante mais avec de l’entrainement tout est possible !

Ce qui me plait dans cette aventure c’est qu’elle réunit toutes les catégories sociales, professionnelles, culturelles et religieuse. Toutes les femmes qui participent au Trek Elles Marchent viennent avec le même état d’esprit : la rencontre, le partage, l’entraide, la tolérance et la bienveillance. La plupart viennent pour se vider la tête et s’offrir une parenthèse rien que pour elles, d’autres viennent pour se prouver qu’elle en sont capables et ont besoin de reprendre confiance en elles et puis, il y a celles qui viennent suite à une maladie pour se prouver qu’elles sont bien vivantes et que leur corps fonctionne encore. Chacune a son histoire et ses raisons mais à la fin elles sont toutes grandies par l’aventure qu’elles ont vécu.

Bio-EVE : Quelles sont les valeurs portées par votre association ?  

Corinne Péron : L’ association « Le Défi du Cœur » a pour objectif d’organiser des événement sportifs avec une mission caritative et humaniste. Elle doit aussi promouvoir des valeurs qui me semblent essentielles et qui m’ont guidée tout au long de ma vie : SOLIDARITÉ, PARTAGE, ENTRAIDE, BIENVEILLANCE, TOLÉRANCE. Le message est donné à chaque participante qui, en s’inscrivant au Trek Elles Marchent, deviennent adhérentes de l’association et s’engagent à porter haut et fort ces valeurs. C’est ce qui fait aussi la magie de cet événement, chaque participante ressent cette bienveillance et les verrous sautent en général le 2ème jour pour faire apparaître des personnes étonnantes avec des chemins de vie incroyables.

Bio-EVE : Vous menez également des projets humanitaires, en quoi consistent-ils et comment sont-ils financés ?

Corinne Péron : Nous parlerons plutôt de projets solidaires car, pour moi, le mot « humanitaire » est à une plus grande échelle. A l’issue de chaque trek, les participantes doivent œuvrer pour les villages que nous avons traversé sur notre parcours. En général, les tâches sont assez simples et reviennent d’une année sur l’autre. Que ce soit la plantation de palmiers dattiers, la construction de fours à pain ou la construction de murs en torchis.

L’esprit de cette journée consiste également à favoriser les échanges entre les femmes du trek et les femmes des villages désertiques. Même si elles ne parlent pas la même langue, elles arrivent toujours à se faire comprendre avec la communication non verbale. Il y a toujours de belles émotions et de belles rencontres lors de cette journée. Tous les projets sont financés par l’association « Le Défi du Cœur ». Nous recherchons toujours des mécènes et des sponsors pour nous aider à boucler le budget de cette journée.

Bio-EVE : Les stéréotypes ont la vie dure et les femmes sont souvent perçues comme moins fortes et moins capables physiquement que les hommes. Qu’avez-vous à dire de ce point de vue ? Parce que j’imagine que les treks ne doivent pas être de tout repos ! Quelles qualités avez-vous pu observer chez les participantes (personnelles et/ou relationnelles) ?  

Corinne Péron : Dans notre vie de tous les jours nous n’avons pas toujours la possibilité de repousser nos limites ou de nous challenger. Le Trek Elles Marchent peut être aussi un outil de développement personnel. Ce qui caractérise les femmes c’est leur rage, leur ténacité, leur courage, leur détermination et leur résilience. Faire 30 km par jour en plein désert sans GPS avec une carte et une boussole est un vrai défi. Et l’on se rend compte que les femmes ont une force intérieure dont peu d’entre elles ont conscience. Plusieurs participantes m’ont dit que le trek devrait être remboursé par la sécurité sociale !!!

Bio-EVE : La dernière question est un peu particulière. Je la pose à tout le monde mais elle est un peu moins « sérieuse »… Imaginons que, suite à une catastrophe mondiale, vous deveniez présidente du monde entier (oui c’est vraiment de l’ordre de l’imagination). Quelle serait votre première mesure ?

Corinne Péron : C’est une question très intéressante et hautement philosophique ! Il y aurait tant de choses à dire et surtout tant de choses à faire … Ce qui me semble primordial c’est que les hommes apprennent à vivre ensemble et à accepter leurs différences. Comme des millions de personnes et de dirigeants je chercherai des compromis pour que les guerres s’arrêtent. J’organiserai une campagne mondiale avec des symboles très forts sur la mixité sociale : Musulmans, juifs, catholiques, blancs, noirs, jaunes , etc. … Je ne suis pas la première à y avoir pensé et hélas je ne pense pas que quelqu’un y soit arrivé à ce jour ! Mais il faut toujours rêver !!!


Si vous souhaitez en apprendre davantage sur cet événement et suivre les aventures des participantes, rendez-vous sur le site internet du Trek Elles Marchent !

No Comments

Post A Comment